AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour, fous de DoJ et d'autres contrées ! Nous sommes actuellement en reconstruction !
Une peau neuve dans un corps sain ! Si jamais vous voulez garder votre compte, ou partir, pensez
à envoyer un MP à un membre du staff,
de même si vous voulez réserver un personnage en particulier !


Partagez | 
 

 Quand je suis triste, j'arrête de l'être et à la place, je deviens géniale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Laura de Mille

avatar

Messages : 68
Âge : 32 ans, mais je ne les fait pas :)
Pseudo : Madame Rouge

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Actrice de théatre
Dollars : 118



Feuille de personnage
Groupe/Organisation: Criminel
Pouvoirs/Equipement/Habiletés: Métamorphe - Elasticité










MessageSujet: Quand je suis triste, j'arrête de l'être et à la place, je deviens géniale.    Mer 18 Nov - 20:47














DESCRIPTION DU RP »
Une fille s'ennuie, elle se décide à sortir, elle rencontre un beau blond... Si c'est pas le début d'une belle histoire d'amour...


Troisième verre. C’est un bon whisky, vu le prix, il peut, mais je n’arrive même pas à le savourer. Enfin, si, contrairement aux deux premiers verres, je ne l’ai pas descendu cul sec… C’est déjà un progrès. Et j’ai un mal de chien à me prendre une cuite. Laura a toujours bien tenue l’alcool, aussi surprenant que ce soit, mais moi… Je souris. Moi, je pourrais m’enfiler la bouteille je pense. Et j’ai encore moins de mal après à prendre le dessus. Comme si c’est elle qui subissait le contre-coup. Plutôt cool en somme. Je ne sais pas trop si ça marche dans l’autre sens. Et puis, ça n’a pas grande importance. Je lui laisse les journées en général, et je prends la nuit. Ça me va très bien comme ça. Certes, pas toute la nuit non plus, j’ai déjà essayé, et non, le corps a besoin de dormir. Même le mien. Alors j’essaye d’être raisonnable. Un minimum. Parfois je dérape, mais hé, on ne peut pas être parfait.

Je relève la tête et regarde autour de moi, mon verre à la main, sans m’attarder sur aucun des hommes présents. Suffit que tu les regardes et ils prennent ça pour une invitation ces abrutis. Et y a toujours des crétins bien lourds. Parfois, c’est amusant et ils arrivent même à me divertirent un peu j’en conviens. Mais ça reste très rare. En général, ça finit mal, parce qu’ils me saoulent et sont incapables de faire quoi que ce soit. Enfin, en même temps, en général, les bars où je vais ne sont pas super bien fréquentés, alors je ne m’attends pas à trouver des surprises. Mais ce genre de bars a beaucoup de qualité. Il n’y a pas trop de questions ou d’emmerdements quand quelqu’un disparait, ou quand on ne veut pas être reconnu. Je tousse, manquant de m’étouffer en buvant une gorgée. Je ris un peu toute seule, en secouant la tête. Ouais ne pas être reconnu…

Les cheveux d’un brun foncé, coupés au carré au niveau des épaules, les yeux noisette pailletés de vert, la bouche plus charnue, je fais aussi quelques centimètres de plus que d’ordinaire. Sans parler des quelques centimètres encore supplémentaires dus à mes somptueuses nouvelles cuissardes en daim camel, m’arrivant à mi-cuisses. Un mini-short noir, un pull gris et simple assez ample pour casser le côté vulgaire pouvant naître avec les cuissardes, et un manteau mi-long camel à mes côtés, j’étais à tomber. Soyons honnêtes, c’est le cas. Je soupire en passant une main dans mes cheveux.

J’ai eu une vraie semaine de merde. Ou Laura a eu une semaine pourrie. Enfin, au final, ça revient au même. Il lui faut une nouvelle pièce, un nouveau truc. Le problème, c’est qu’à cause de Jon, elle se pose beaucoup trop de questions. J’aviserai plus tard, j’ai carrément pas envie de me prendre la tête là-dessus pour le moment. Ouais, moi, cette semaine, j’ai rencontré des gens. Ouais, ça a été quelque peu amusant effectivement en y repensant. Mais le reste du temps… Je fais un signe au barman. Et avec tout ça, ça fait bien trop longtemps que je ne me suis pas amusée, vraiment amusée. Mon verre à la main, je me retourne sur mon siège et m’adosse au bar, regardant un peu plus avant ce que je pourrais trouver pour jouer.
Je souris, récupère mon manteau et mon sac, avant d’aller m’installer à la table d’un blond plutôt sexy. Je pose manteau et sac sur une des chaises, avant de le regarde en souriant, me mordillant la lèvre.

« Je peux vous tenir compagnie ou votre copine risque de vouloir m’arracher les yeux ? »




_________________

Laura et Madame Rouge

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 27
Âge : 34 ans
Pseudo : Azrael

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Agent de sécurité chez Wayne Enterprise
Dollars : 14












MessageSujet: Re: Quand je suis triste, j'arrête de l'être et à la place, je deviens géniale.    Jeu 19 Nov - 20:33















Jean-Paul attrapa sa veste en cuir, l'enfila, avant de refermer et vérouiller la porte de son casier. Autour de lui, ses collègues faisaient la même chose, heureux de quitter enfin le travail et de pouvoir rentrer chez eux. Ce que lui ne ferait pas. Jean-Paul était du genre à avoir une vie nocturne relativement...mouvementée. En même temps, la vie de justicier n'était jamais calme et tranquille. Sauf que pour une fois, il n'irait pas traquer la lie de Gotham. Cette nuit, il laisserait à d'autres le privilège de combattre le crime. Après la journée qu'il venait de passer, tout ce qu'il voulait, c'était finir assis dans un bar, et s'envoyer quelques verres. Après tout, même les justiciers avaient le droit à des jours de repos de temps en temps non?
Sortant des bureaux de Wayne Enterprise, il se mit à marcher, sans vraiment faire attention à ce qui l'entourait. Après tout, il savait déjà ou aller. Il connaissait un bar, pas très loin d'ici. Certes, il était un peu cher, mais il avait au moins l'avantage de servir du bon scotch. Ca faisait un certain temps qu'il n'y était pas allé, mais il avait eu un paquet d'autres chats à fouetter ces dernières semaines. Azrael avait eu pas mal de pain sur la planche, et il savait que ça n'était que le début. Raison de plus pour profiter des quelques instants de « normalité » dans sa vie avant qu'il ne se retrouve sur le fil du rasoir une fois encore. Au bout d'une dizaine de minutes, il finit par arriver au fameux bar, et quand il passa la porte, il balaya la salle du regard, à la recherche du moindre élément utile. Pas par excès de paranoïa, mais parce que c'est ce qu'Azrael faisait à chaque fois qu'il entrait dans une pièce. Et depuis qu'il avait mit hors d'état de nuire l'Ordre, il n'y avait plus vraiment de différence entre l'homme de paix. S'approchant du bar, il fit un signe au barman, qui s'approcha sans cesser de nettoyer avec un torchon le verre qu'il tenait à la main « Vous voulez? » « Un scotch, sec. » Le barman lui prépara sa commande, et après avoir payé, Jean-Paul partit s'asseoir à une table libre. Sirotant tranquillement son verre, il regardait avec un faux intérêt son téléphone, plus occupé à jeter de rapides coups d'oeil autour de lui, pour voir ce que les autres clients pouvaient bien faire ici.
C'est donc sans surprise qu'il vit une jolie brune, qui devait avoir environ son âge, se diriger vers lui, poser ses affaires sur une des chaises libres, avant de le regarder avec un intérêt certain. Levant les yeux vers elle, il sourit lorsqu'elle proposa de lui tenir compagnie, avant d'émettre l'hypothèse de l'éventuelle petite-amie jalouse. Désignant une des chaises encore vide, il ajouta avec un certain amusement « Il n'y a que moi. Et vous à présent. » Il la regarda plus en détail, essayant de voir sur son visage pourquoi elle s'intéressait à lui en particulier. Il avait vu une demi-douzaine de types qui n'attendaient qu'une occasion de ce genre, mais elle était venue à sa table sans même s'intéresser aux autres.
Buvant une nouvelle gorgée du contenu de son verre, il mit plus de temps que nécessaire pour le reposer, avant se pencher légèrement en avant « Alors, qu'est-ce qui peut pousser une si charmante demoiselle à quitter la quiétude du bar pour venir tenir compagnie d'un homme, au risque d'affronter son éventuelle petite-amie? » Il préférait qu'elle lui dise sans détours ce qu'elle voulait, même si il en avait une vague idée. Mais son esprit de déduction n'était pas infaillible, et il pouvait se tromper sur ses intentions. Reprenant son verre en main, il avala d'un trait ce qui restait à l'intérieur, sans pour autant décrocher son regard de celui de celle qui lui tenait à présent compagnie.





_________________


Azrael-- Harbinger of death
We fought once tonight. You lost. If we fight again, you'll lose again. This time, you might not get up. If you raise you weapon, I'll break your arm before you can trigger it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Laura de Mille

avatar

Messages : 68
Âge : 32 ans, mais je ne les fait pas :)
Pseudo : Madame Rouge

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Actrice de théatre
Dollars : 118



Feuille de personnage
Groupe/Organisation: Criminel
Pouvoirs/Equipement/Habiletés: Métamorphe - Elasticité










MessageSujet: Re: Quand je suis triste, j'arrête de l'être et à la place, je deviens géniale.    Lun 23 Nov - 21:15

Soirée ennuyeuse en perspective. Enfin, il me suffisait de trouver de quoi me divertir… Ouais, ce n’était pas si évident que ça j’en conviens. Je suis plutôt difficile à satisfaire en vérité. Ou ça ne dure jamais longtemps du moins. Mais bon, ça c’est le principe même des plans d’un soir non ? Le problème, encore une fois, c’est que tout ça ne me convient que rarement. Ce n’est pas assez. C’est une triste réalité. Mais j’ai besoin de… de davantage. Davantage de challenges, davantage de risques, davantage d’intérêts tout court. Toutefois, j’ai appris à composer avec les cartes que j’ai en main. Je fais donc avec ce que j’ai, aussi désespérant que cela soit.

Bon…Le choix est simple, soit je finis avec plus de verres que je ne saurais en compter, soit… Je finis par me retourner et par étudier un peu plus les personnes présentes dans la salle.  La tête penchée sur le côté, je regarde un homme qui semble autant occupé sur son téléphone qu’à jeter des coups d’œil autour de lui. Attend-il quelqu’un ? Ce serait amusant. Et puis, si ce n’est pas le cas, peut-être sera-t-il tout de même divertissant. Même si sur le coup, je trouverais presque cela plus drôle de foutre la merde avec une potentielle petite amie…

Je lui souris, douce, gentille et taquine. Je m’installe face à lui, croisant lentement les jambes en m’adossant à la chaise.

« Pas de petite amie ? Et moi qui pensais à vous voir perdu dans votre portable qu’elle vous avait posé un lapin.
Mais nous deux, ça me va. »


Je souris malicieusement. Il se penche en avant, et je ne peux m’empêcher de rire à sa question. Si affronter une éventuelle petite amie était la seule chose que je pouvais craindre, ce serait bien décevant. Je me penche à mon tour vers lui.

« Il n’y a que deux raisons à venir seul dans un bar : prendre une cuite ou essayer de trouver quelqu’un. Et ce que l’on soit un homme ou une femme…
Et je me retrouve très difficilement ivre… »
Je souris. « Tant mieux pour la petite amie. J’aurais été désolée de devoir évincer une demoiselle pour pouvoir vous parler. »

Je prends mon verre, buvant une gorgée en regardant autour de nous.

« Quant à la quiétude du bar… J’aurais fini par me faire aborder par l’un ou l’autre des hommes présents ici. Et malheureusement il n’y a guère de… » De cible intéressante. « D’hommes intéressants. » Je hausse les épaules. Mais bon, comme dit, je n’en attends pas trop en général. Les personnes qui fréquentent quotidiennement les bars sont rarement super captivants. Et dans le fond, ce n’est pas vraiment ce qui m’importe. Tant qu’ils me divertissent moi.
Je pince les lèvres, avant de reporter mon regard sur lui en souriant à nouveau. « Je préfère choisir et décider de la personne à qui je parle. » Je pose mon verre sur la table. « Je m’appelle Vanessa. »
Je penche la tête sur le côté. « Et vous, que venez-vous faire ici ? »

_________________

Laura et Madame Rouge

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé













MessageSujet: Re: Quand je suis triste, j'arrête de l'être et à la place, je deviens géniale.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand je suis triste, j'arrête de l'être et à la place, je deviens géniale.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Terminé) Je me sens pousser des ailes quand je suis avec toi ... (Eddie & O.)
» Bref, c'est ATV
» three cheers for sweet revenge ஐ TIGIRIA
» La Volière
» La tendresse... Depuis quand je suis tendre moi? :O

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Justice :: Administration :: Tout début a une fin :: Version 1 :: Les Rps-