AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour, fous de DoJ et d'autres contrées ! Nous sommes actuellement en reconstruction !
Une peau neuve dans un corps sain ! Si jamais vous voulez garder votre compte, ou partir, pensez
à envoyer un MP à un membre du staff,
de même si vous voulez réserver un personnage en particulier !


Partagez | 
 

 Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Membres

avatar

Messages : 17
Âge : 15 ans
cause when you're fifteen, you're gonna believe them
Statut Matrimonial : célibataire
Métier : décrocheuse scolaire
Dollars : 27



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor   Mer 4 Nov - 0:23














Alyssa a décidé de quitter Gotham pour refaire sa vie à Métropolis. Avec cinq cent dollars en poche, l'adolescente s'offre une journée de rêve avant de retourner à la dure réalité... mais peut-être que le vent a bel et bien tourné, car elle est sur le point de rencontrer un personnage qui pourrait bien changer sa vie du tout au tout. »













À partir d’aujourd’hui, Gotham serait de l’histoire ancienne.

Alyssa rassembla ses affaires personnelles et les entassa dans un sac à dos. Elle avait en sa possession cinq beaux billets de cent dollars. N’allez pas savoir comment elle avait réussi à obtenir tout cet argent, mais l’important, c’est qu’elle l’avait. Grâce à cet argent, elle allait pouvoir quitter Gotham une bonne fois pour toutes. Plus rien ne la retenait ici. Son père était en prison et sa mère était morte. Elle n’allait pas croupir au foyer communautaire une journée de plus de son existence, car elle avait décidé de mettre un terme à ce temps-là. Ce n’était pas la première fois qu’elle fuguait, mais c’était sans doute la dernière fois qu’elle le ferait de cet endroit.

« Metropolis, c’est vraiment le top », pensa-t-elle. C’était tout le contraire de Gotham. Elle était belle, elle était resplendissante, et les gens qu’on y croisait y étaient bien plus heureux. La jeune fille avait le sentiment qu’elle se plairait, là-bas. Elle avait déjà vu la ville en images à la télé, mais jamais en personnes. La ville avait la réputation d’être épanouie et de plus en plus sécuritaire depuis que Superman survolait au-dessus de la cité, toujours prêt à aider. Bien qu’Alyssa ne croyait pas aux super-héros, il semblait que cette ville était celle de choix pour sa personne. C’était assez prêt de Gotham, alors elle pouvait s’y installer sans trop de mal. Elle ne supportait plus Gotham et ses quartiers malfamés, dont elle connaissait la plupart des mauvais acteurs. Mais sa rencontre avec le Joker était vraiment ce qui l’avait incitée à partir. Elle avait failli y laisser sa peau et depuis, elle avait l’impression qu’il était là, tapis dans l’ombre, à l’épier. Elle en était terrorisée.

Elle arriva dans la ville alors que le soleil se levait et chassait la nuit pour faire place au jour. C’est avec des yeux émerveillés qu’elle vît pour la première fois la splendeur de la Ville de Demain. Aujourd’hui allait être le plus beau jour de sa vie et elle comptait bien en profiter au maximum. Avec ses quatre-cent-quatre-vingt-dix dollars restants, elle se sentait invincible. Elle commença par se payer un petit-déjeuner dans un café à deux pas de la gare. Remarquant son air un peu perdu, les chasseurs de touristes la convainquirent de commencer sa journée en faisant un tour guidé de la ville, lui soutirant un billet de cent dollars. Pendant trois heures, elle fit le tour de Metropolis confortablement assise au deuxième étage de l'autobus touristique, alors qu'on leur pointait les différents attraits touristiques et qu'on les aidait à se repérer. Toute la journée, elle s'éclata et s'offrit ce qu'elle voulait sur le moment. Elle s'acheta un sweetshirt sur lequel était inscrit I ♥ Metropolis. Elle assista à un concert d'un groupe de musique qui lui plaisait. Elle se paya même un tour de calèche malgré le prix exorbitant qu'exigeait le cocher afin de faire le tour de Park Ridge, la vieille section de la cité. Pour une fois, elle s'amusait. Elle en était venue à oublier ses problèmes et sa vie misérable. Ici, personne ne la connaissait. Elle était un visage inconnu dans une foule inconnue. Elle avait le sentiment qu'elle se plairait ici. Aux alentours de dix-neuf heures, elle se retrouvera en face d’un restaurant chic dans le quartier des affaires et s’arrêta, l’eau à la bouche. Elle entendit son estomac gronder. Ses doigts se refermèrent sur le dernier billet de cent dollars qui lui restait. Une petite voix lui disait qu'elle devrait utiliser l'argent qui lui restait pour dormir au chaud et à l'abri au moins une nuit avant que la dureté de la réalité ne la rattrape. Elle avait beau avoir quitté Gotham, mais elle n'était pas tirée d'affaires pour autant. Demain, elle devrait songer à un moyen de survivre. Elle n'aurait plus un sou, nouvellement arrivée dans une ville qui lui était peu familière. Mais pour l'instant, elle ne voulait pas se soucier du lendemain, encore sous l'ivresse de la journée fabuleuse qu'elle avait passé. Aujourd’hui, elle allait manger le meilleur repas qu'elle aurait d'ici un bon bout de temps et elle allait se coucher le ventre plein, elle qui n’avait jamais mangé à sa faim depuis les quinze dernières années.

« Bonsoir, mademoiselle. Que puis-je faire pour vous? »
« Salut! J’veux une table pour moi. »
« Je suis navré, mademoiselle, mais il faut réserver à l’avance. »

Le restaurant était réputé pour son côté très classe. On y servait les boissons alcoolisées les plus dispendieuses et les meilleurs chefs au monde y travaillaient. C’était un endroit très onéreux étant donné sa réputation et seuls les gens riches pouvaient avoir le privilège d’y avoir une place. On ne pouvait simplement pas accepter une gamine à l’apparence si peu soignée et aux pauvres manières. Visiblement, Alyssa n’avait pas sa place ici.

« Mais eux, vous vous foutez qu'ils aient leurs réservations ou pas parce qu'ils ont l'air plein aux as, pas vrai? »

Le couple qui la précédait n’avait pas non plus bouclé à l’avance, mais l’hôte avait pourtant gracieusement accepté de les accommoder. Évidemment, ils appartenaient à la sphère de la haute société.

« Eh bien, j'ai de quoi payer, figurez-vous, mais allez vous faire foutre! » lui balança à la tête l’adolescente, furieuse qu’on lui refuse l’entrée parce qu’elle avait l’air d’une paumée.

« Je vous demande de quitter les lieux immédiatement, mademoiselle, » répliqua froidement le réceptionniste.

L'employé sourit, parfaitement affable, à l'homme qui se dressait derrière Alyssa, faisant comme si la gamine n'existait pas.

« Monsieur Luthor, quel plaisir de vous recevoir chez nous! Suivez-moi, je vous prie!»





_________________
white lips, pale face, breathing in snowflakes


Dernière édition par Alyssa Spring le Mer 4 Nov - 11:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 37
Âge : 35 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : PDG de LexCorp
Dollars : 56












MessageSujet: Re: Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor   Mer 4 Nov - 11:05













Sourire aux lèvres je quitta le Planet d'une démarche assurée et fière, ce que je venais d'apprendre était tout bonnement un excellent moyen de persévérer dans ma quête pour détruire Superman. Cela ne faisait aucun doute que notre chère Lois Lane entretenait une relation particulière avec le héros de Métropolis, exploiter ce coté faisait désormais partie de mes priorités. On se reverra, j'en avais la certitude. Dans une guerre tout les coups sont permis n'est-ce pas ? Utiliser Miss Lane pour affaiblir Superman et le forcer à se rendre, voilà le plan et je n'aurai aucun scrupule à en arriver à là s'il le fallait. " Heureux Monsieur Luthor ?" Vraiment perspicace, impressionnant vu que ça se voyait sur mon visage. " Vous n'imaginez pas à quel point." Lui dis-je tout en grimpant à l'intérieur de la voiture. Direction le Giovanni's Restorante maintenant, il me fallait voir le gérant pour une affaire aussi brève peut-elle être. Je suis demandé que voulez-vous. Mettons-nous dans la tête que chaque affaire à son importance dans la continuité des choses, je ne peux donc pas laisser une affaire de coté, quitte à ce que ça me prenne toute la journée. Un mania des affaires, voilà ce que je suis quand mon ambition est en jeu.

Le moteur ronronna alors que nous dévalions la rue principale, je pu remettre tranquillement certaines pièces d'un puzzle en construction en place. Pour l'instant l'image était encore assez floue, il manquait encore quelques éléments pour le compléter, chose qui ne tardera pas à arriver si j'en crois mon intuition et le destin qui m'attend. Non, je ne suis pas voyant, je sais juste visualiser les bonnes choses et mon père avait raison sur un point finalement, j'étais promis à un grand avenir. Si à une époque je le considérai comme un fou allié, avec le recul il ne l'était pas autant que ça autant dans ses paroles que dans sa vision des choses. Je n'ai pas honte de dire que je partage désormais la physiologie, c'est dans mes gênes, dans mon sang, je suis un Luthor. L'enseigne du restaurant se fit voir à travers la vitre arrière de la voiture, ce qui me signala que nous étions arrivés. Je sortis de la voiture avant de venir me pencher légèrement vers la vitre avant pour croiser le regard de mon chauffeur. " Je vous appelle quand ça sera terminé. Profitez pour aller manger quelque chose." Lui dis-je tout en le remerciant d'un mince sourire. Et après on dira que je ne suis pas à l'écoute des autres, que je suis imbus de ma personne...foutaises. Il n'avait qu'à mettre ça sur le compte du fait que je sois heureux à ce jour.

Le restaurant était réputé pour son accueil, la bonne ambiance et surtout les plats, un restaurant italien comme je les aime. A première vue le calme y régnait malgré qu'il n'y avait pas autant de monde que je le pensai à cette heure-ci, peut-être que ça viendra par la suite. Cependant je ne fis pas vraiment attention à ça, me concentrant sur le réceptionniste qui visiblement était au prise avec une jeune fille voulant manger quelque chose. J’entendais tout de là où j'étais et ce que je peux dire est que cette fille ne venait surement pas d'ici à voir comment elle était habillée, elle ne connaissait pas ce restaurant non plus. Bon, on va pas se mentir, le réceptionniste en question est une vraie tête de con et il le prouvait encore aujourd'hui en demandant à la jeune fille de quitter les lieux. Qu'est-ce que j'avais horreur de ce type, si je pouvais l'envoyer dans un trou je l'y enverrai, mais il faisait du bon boulot, il a de la chance. Une idée me vint cependant à l'esprit, tirer profit de cette situation pour lui faire fermer son clapet était une option plus qu'envisageable. Ce dernier croisa mon regard assez rapidement et m'invita à venir m'asseoir à ma table, l'avantage d’être l'homme le plus riche de Métropolis. " Elle est avec moi." Lui dis-je sur un ton calme et posé alors qu'il avait l'air de ne pas en croire ses yeux. Je lança un bref regard vers la jeune fille avant de rétorquer aussitôt. " Veuillez excuser son comportement, elle n'est pas d'ici, elle a juste besoin de se rappeler de quelques règles de la maison." Autant jouer un rôle qui n'existait pas avant ça, c'est tellement jouissif de voir sa mine déconfis. L'homme lâcha un long soupir avant de nous emmener à une table. " Il est un peu sur les nerfs en ce moment, n'y prête pas attention." Con, abruti fini, ect...il avait énormément d'adjectif pour le définir, mais il préféra faire les choses soft.

Une fois à sa table, il vint poser ses fesses sur sa chaise tout en jetant un regard à la jeune fille qui allait pouvoir manger à sa fin. Les affaires attendront, j'irai voir le patron avant de partir, pour le moment il me fallait jouer mon rôle au sérieux pour berner le réceptionniste et permettre à la gamine de se nourrir. Vous allez me dire que je n'avais aucune raison de faire ça, mais c'est faux, il y a deux raisons qui m'ont poussés à faire ce geste. La première est que décrédibiliser le réceptionniste est toujours une partie de plaisir et la seconde est que cette fille me rappelait énormément un ami de jeunesse qui était dans la misère et qui n'a pas réussit à s'en sortir. Nostalgie quand tu nous tiens.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 17
Âge : 15 ans
cause when you're fifteen, you're gonna believe them
Statut Matrimonial : célibataire
Métier : décrocheuse scolaire
Dollars : 27



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Re: Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor   Mer 4 Nov - 17:55












« Les règles de la maison, je me les mets où je le pense! » rétorqua la demoiselle, véhémente.

Le réceptionniste la toisa, mais n’osa pas rien dire, et elle se retint de lui tirer la langue. Alexander Luthor l’avait invitée à manger! Vous parlez d’une coïncidence. Elle ne savait pas trop pourquoi il avait pris sa défense et l’avait tirée d’affaires, mais c’était tant mieux, ce n’était pas elle qui allait se plaindre du revirement de situation. Autant profiter du peu de chance qu’elle semble avoir dernièrement. Elle se doutait bien que ça allait sûrement finir assez vite, mais pour l’instant, tout allait pour le mieux. L’employé les dirigea vers une table située près de la baie vitrée. Ils avaient une très belle vue sur la ville, illuminée par les lampadaires, les feux des automobiles et les lumières des commerces. Ça change des quartiers sombres de Gotham, pensa-t-elle. Une fois assis, Lex Luthor lui suggéra de ne pas faire attention à la manière dont l’hôte l’avait traitée, car il était… stressé. Stressé? Il voulait rire, ou quoi?

« Un peu sur les nerfs? » répéta-t-elle, incrédule. « C’est moi, ou vous avez peur de dire que c’’est un vrai trou du cul, oui! »

Quelques personnes se retournèrent pour la dévisager, indignée par sa vulgarité, mais elle leur adressa un tel regard qu’ils lui fichèrent la paix et s’en retournèrent vaquer à leurs assiettes. Non mais, c’était quoi, tout ce monde hautain qui la prenait de haut? Elle ne roulait peut-être pas sur l’or et n’avait peut-être pas eu le luxe de bénéficier d’une éducation digne d’une fille d’aristocrate, mais elle valait autant qu’eux, et même plus, probablement. Est-ce que l’un d’entre eux avait connu la misère comme elle la connaissait? Est-ce qu’ils étaient nés au sein d’une famille de pourris? Est-ce qu’ils avaient connu le drame des familles d’accueil? Est-ce qu’ils avaient dus prendre en charge leur mère irresponsable dès l’âge de douze ans? Elle était certaine que non. Tous ces crétins avaient grandi probablement dans le confort qui aurait pu améliorer la vie de dizaines de gamins qui n’avaient nulle part où aller à part de traîner dans les rues, délaissés par tout le monde. Elle les haïssait tous, aussi nombreux qu’ils pouvaient être. Elle n’avait pas de classe? Soit! Au moins, cela la différenciait d’eux.  

« Alors c’est vous, Lex Luthor? » demanda-t-elle, même si elle connaissait déjà la réponse.

« Je vous ai déjà vu à la télé, » dit-elle fièrement. À Gotham, on parle en majeure partie des exploits de Batman et du quotidien du milliardaire excentrique qu’est Bruce Wayne. À ce qu’il paraît, les parents de l’homme avaient été des gens vraiment bien et qui avaient à cœur la population de Gotham, toutes classes confondues. Alyssa n’était pas prête à dire que Wayne fils en faisait de même. Pour elle, ce n’était qu’une personne imbue de lui-même qui se contrebalançait de la misère dans laquelle elle vivait. Bref, chose à part, la deuxième personne qui faisait également les unes de Gotham était la personne de Lex Luthor, géant de Metropolis. De temps à autres, Alyssa l’avait vu passer au téléjournal et en première page des journaux.

« Comme c’est vous qui invitez, c’est vous qui payez, »
dit-elle avec un sourire triomphant. Elle allait peut-être pouvoir dormir ailleurs que dans un bâtiment abandonné, en fin de compte. Avec la venue de l’hiver, le temps commençait à se rafraîchir et il ne faisait pas bon dormir à l’extérieur. Depuis les dernières années, la température n’était plus aussi clémente que les années précédentes, et les tempêtes de neige n’avaient pas épargnées la côte Est des États-Unis. Elle espérait se trouver un emploi afin de pouvoir de louer au moins une chambre dans le Southside, le coin pauvre de Metropolis, car toute ville avait ses bas quartiers, même la Ville de Demain. Les gens comme elle ne s’en sortaient pas : qu’ils changent de ville ou non, ils finissaient toujours dans la même galère, faute de moyens.

« Vous m’avez pas l’air d’un bonhomme qui est là que pour dîner avec une gamine des rues. Vous devez sûrement être là pour affaires… » enchaîna-telle.

Elle ouvrit le menu et regarda tous les mets faramineux qu’on proposait. C’était la première fois qu’elle mangeait dans un restaurant italien, sans parler de la qualité des lieux. Si elle avait pu, elle aurait voulu goûter à tous ces mets appétissants, mais avouons-le, ce n’était pas très logique, physiquement parlant. En plein dilemme, elle passa un bon cinq minutes à scruter attentivement le menu. Finalement, elle arrêta son choix sur une assiette de linguines adente servis avec sauce tomate épicée.

Le garçon de table s’avança pour noter leur commande.

« Avez-vous fait votre choix, mademoiselle, monsieur? »
« Je vais prendre les linguines adente sauce tomate épicée. »
« Et pour boire? »
« Euh… un verre d’eau, merci. »
« Nous avons de l’eau minérale, vitaminée, citronnée, gazéifiée… »
« Oh! Peu importe! » le coupa-t-elle, impatiente.

Elle voulait juste un verre d’eau. Ce n’était pas compliqué à comprendre, non?

« Parfait, mademoiselle, » se reprit rapidement le serveur. « Et vous, monsieur Luthor, que pouvons-nous vous offrir? »

C'était facinant comme le PDG de LexCorp les menait par le bout du nez. Elle était presque certaine que s'il le demandait, le garçon de table serait prêt à se mettre à rouler par terre. Et oui, certains gens avaient assez de charisme et paraissaient assez intimidants pour imposer leurs quatre volontés. Alyssa savait qu'elle se trouvait justement en face de l'un de ces grands hommes, qui pouvait écrabouiller les autres comme des mouches. Autant ne pas se le mettre à dos.





_________________
white lips, pale face, breathing in snowflakes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 37
Âge : 35 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : PDG de LexCorp
Dollars : 56












MessageSujet: Re: Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor   Jeu 5 Nov - 8:25













Une tornade, voilà ce à quoi faisait face le restaurant italien à cet instant précis. La gamine présente en ce lieu était visiblement pas enclin à accepter le refus catégorique du réceptionniste à l'inviter à prendre place pour manger. Légitime ? Bien sur vu comment elle réagissait, malheureusement pour lui, ça me faisais assez rire intérieurement.  La patience est maître-mot quand on fait un métier comme celui-ci, on pouvait donc prétendre à un test pour le jeune homme qui par chance pu détourner son attention vers moi lorsque je suis arrivé. Ce n'est pas fini, l'étonnement pu se lire sur son visage lorsque je lui avoua que la jeune fille était avec moi, ce qui était faux à la base, mais tellement drôle. La remarque de cette dernière me fit sourire. " Non, sur les nerfs. Sa femme a été licenciée." Je ne cherchai pas à ce qu'elle comprenne la raison, c'était juste un moyen de défendre un de mes employés même si je ne le portai pas dans mon cœur. Nous prenions place comme il se doit à une table qui offrait une vue prenante sur la ville de demain à l'allure calme et paisible. J'avais presque de la peine pour tout ces gens qui ne se doutaient pas une seule seconde ce qui se préparait dans leur dos. D'un coté c'est mieux ainsi, ça évitait de nombreuses complications.

Sans surprise, la jeune fille avoua qu'elle me connaissait par l'intermédiaire des médias, c'est une habitude pour moi de passer à la télévision ou encore dans les journaux, une figure publique de mon envergure se doit d’être mise en avant pour faire perdurer son image. La seule différence qu j'ai avec mes confrère est que je ne cherche aucunement à faire la une des journaux ou des médias, je fais ce que j'ai à faire en temps et en heure, ne me souciant que de ma propre personne. A quelque part c'est vrai, pourquoi me soucierai-je des personnes soutenant Superman ? Ou d'autres justiciers ? Faire un jeu sur deux tableaux est le mieux à faire pour que tout le monde puisse avoir son compte. Acquiesçant donc d'un sourire fier et d'un léger signe de la tête en remerciement et en accord, je pris note ce qu'elle balança, je payerai ce dîner. Cela faisait partie de ma démarche. C'est un autre point qui attira pleinement mon attention. Aussi perspicace peut-elle être, elle devina son mal que mon but n'était pas de dîner avec une "gamine des rues" comme elle le disait si bien. Impressionnée par sa vivacité à comprendre les choses, je ne pu que prendre la parole. " Tu n'es pas d'ici je me trompe ? Si je ne m'abuse tu es de Gotham ? L'allure négligeable, l’attitude renfermée et rebelle, ça ne peut que provenir d'une seule et unique ville. J'aurai pu citer d'autres villes, mais ce qui a fait tilt est l'allure négligeable qu'elle arborait.

Le serveur vint couper notre courte conversation pour prendre commande. Sachant que je n'étais pas ici pour manger à proprement parler, je ne pris pas la carte, optant pour une mémorisation complète et rapide de ce que je désirai. Attentif au comportement de la jeune fille, lorsque vint mon tour je commanda. " Du champagne ça ira." Je n'avais pas spécialement faim, d'un coté je n'étais pas venu ici pour ça. Mais les affaires attendront, cette gamine était assez intriguante par sa venue ici. Fuir Gotham était tout à fait normal vu qu'elle respirait la corruption et le crime à plein nez, cette ville ne pouvant définitivement pas être sauvée c'était donc peine perdue pour les gosses dans son genre. Était-elle seule ? Si c'était bien le cas alors chapeau, elle a réussie à s'en sortir vivante ce qui est assez rare d'après les médias. La politique entra en jeu à cet instant lorsque je pensa à l'image que je pourrai dégager en prenant sous mon aile une "gamine des rues". Rien n'était encore établi, mais ça se profilait à l'horizon, ça pourrait rapporter gros dans ma campagne. J'attendis sagement que le serveur parte avant de m'adresser à la jeune fille face à moi attendant impatiemment de manger quelque chose. " Pourquoi être venu à Métropolis ? Je me doute que Gotham n'est pas une ville où il fait bon d'y vivre, mais pourquoi cette ville ? Elle aurait très bien pu aller autre part, il y a d'autres villes voisines, mais non, c'était ici qu'elle a atterrit. Donc oui, ma curiosité avait raison d’être.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 17
Âge : 15 ans
cause when you're fifteen, you're gonna believe them
Statut Matrimonial : célibataire
Métier : décrocheuse scolaire
Dollars : 27



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Re: Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor   Ven 6 Nov - 2:25












« En plein dans le mille, » répondit Alyssa lorsqu’il suggéra qu’elle venait de Gotham.

Un sourire empreint d’un certain cynisme vint s’afficher sur ses lèvres. C’était fou, comment sa ville natale pouvait vous coller une étiquette. Parce que vous paraissiez minable, les gens en déduisaient que vous veniez du trou à rats qu’était la cité de Gotham. Oh, c’était vrai, elle manquait bel et bien d’éducation et pourquoi pas de savoir-vivre, mais cela ne voulait pas dire qu’elle était une bonne à rien pour autant. Alyssa avait de l’esprit et elle le savait. Plus jeune, elle était première de classe et extrêmement douée à l’école… mais c’est un fait assez connu que le chouchou du prof est le petit mouton noir au sein de ses camarades de classe, et Alyssa ne fit pas exception à la règle. Après avoir été tabassée à la cour de récré, elle avait pris son trou. Par la suite, elle s’était tout simplement désintéressée de l’institution. Elle avait vieilli plus vite que son groupe d’âge puisqu’elle avait dû prendre des responsabilités dès l’âge de douze ans et un fossé s’était dressé entre elle et les autres. Cette année, elle avait tout simplement cessé de se présenter à ses cours. Ses camarades de classe l’emmerdaient, ses professeurs étaient des nuls et elle apprendrait probablement plus vite à son rythme qu’avec cette bande de retardés, dont la moitié souffrait de troubles d’apprentissage. Être née dans un milieu plus clément, elle aurait pu être admise à l’université avec une bourse au mérite, pourquoi pas.

Le PDG de LexCorp lui demanda pourquoi elle avait décidé de venir à Metropolis. La raison? Elle n’était plus en sécurité à Gotham. Elle ne l’avait vraiment jamais été, mais quand un psychopathe habillé en clown décidait que vous étiez sa prochaine fixation jusqu’à ce que votre esprit et votre corps soient fichus, c’était une sacrée bonne raison pour faire son sac à dos et partir sans se retourner. Ce n’était pas quelque chose qu’elle émettrait à voix haute, par contre. Elle ne connaissait pas ce Lex Luthor et elle ne voyait pas en quoi cela le concernerait. Elle était habituée de se sortir des emmerdes par elle-même.  

« Il fallait que je décampe de Gotham au plus vite et comme Metropolis avait l’air sympa… et puis, c’est Ville de Demain, là où il fait bon vivre parce qu’un type en spandex rouge et bleu survole les rues, » dit-elle sur un ton railleur. Même un simple d’esprit aurait perçu le côté venimeux de sa remarque concernant Superman. « Sans blague… d'accord, ils sont là à montrer leurs muscles aux médias en sauvant des gens par ici et par là, mais sur le long terme... ce n'est pas eux qui vont changer les lois ou qui vont cuisiner lorsqu'un gosse rentre chez lui et que personne n'a préparé à souper. Ils ne sauvent que les gens qu'ils veulent bien sauver sur le moment et ils se foutent des autres. » Où étaient Batman et Superman lorsqu'elle avait eu besoin d'eux? Il n'y avait pas eu d'homme chauve-souris ni de gars en collants pour l'emmener loin de la misère. Si elle s'était assise sur son derrière pour attendre qu'un vigilante se pointe le bout du nez et qu'il améliore sa situation, elle serait morte depuis longtemps. Ils sauvaient des gens, oui. Mais pas tout le monde. Alors les gens devraient arrêter de les prendre pour des dieux ou des héros tout-puissants. Elle trouvait cela ridicule. Ou peut-être était-elle trop amer.

Le serveur réapparut soudain avec son assiette et un corbeille à pain, ce qui eut pour effet de chasser le nuage noir qui planait au-dessus de sa tête. L'odeur de son plat qui emplissait ses narines sentait diablement bon. C'était vraiment... divin. Ah! La vie des gens riches et célèbres! Dire qu'il y avait des personnes qui pouvaient dîner dans des restaurants comme celui-ci à toutes les semaines.

« Moi aussi, plus tard, je serai propriétaire d'un resto. Ça sera  pas une place aussi chic que ça, n'empêche que je pourrai manger tout ce que je veux quand je veux. »

Vision peut-être irréaliste, mais pour Alyssa, être propriétaire d'un restaurant, cela signifiait avoir le ventre rempli chaque jour. Eh oui, elle faisait une fixation sur la nourriture, car elle en avait manqué par le passé. Il y avait eu des jours où l'argent qui servait pour l'épicerie avait été dépensée pour de la drogue et de la boisson par ses parents, alors avoir le ventre vide était une sensation qui lui était familière, malheureusement. Elle se fichait pas mal d'avoir de beaux vêtements, une coupe de cheveux à la mode et une manucure à la dernière tendance. Elle n'avait pas le temps de penser à du superflu, les besoins fondamentaux étaient prioritaires.




_________________
white lips, pale face, breathing in snowflakes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 37
Âge : 35 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : PDG de LexCorp
Dollars : 56












MessageSujet: Re: Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor   Ven 6 Nov - 19:32













J'ai un bon sens de l'observation et on ne peut pas dire le contraire quand on sait que je viens de taper dans la mille en disant qu'elle venait de Gotham. Cette ville délaissée par ses citoyens afin de laisser place aux criminels prenant un malin plaisir à mettre les quartiers à feu et à sang. Chacun à le droit de s'exprimer à sa façon, non ? Je sais que pour ma part, si cela venait à se produire à Métropolis, je ne laisserai pas faire pour une seule et unique raison, personne ne vient dégrader ma ville. Pour les plus courageux ils peuvent essayer, mais les méthodes les plus intelligentes sont en ma faveur. Le dernier affrontement entre Superman et Zod a effectivement détruit plusieurs quartiers et je ne suis pas intervenu pour une seule et unique raison, je voulais Superman mort même si j’espérai le voir en vie pour que je puisse moi-même m'occuper de son cas. Un mal pour un bien. Il était en vie et heureusement, je pourrais tester ma nouvelle trouvaille en temps et en heures. Pour le moment c'était une gamine qui se trouvait face à moi et aussi jeune était-elle, elle pouvait avoir sa petite importance pour la suite des choses. La raison de son départ était compréhensible, comme quoi Gotham ne pouvait changer et ce même si des "justiciers" s'y trouvaient.  Une preuve supplémentaire de l'incidence que provoque les justiciers par leur présence. Me mordant légèrement la lèvre inférieur par satisfaction en entendant la jeune fille parler, je ne pu m’empêcher d'écarquiller légèrement les yeux tout en la toisant du regard lorsqu'elle se mit à évoquer Superman et les justiciers en règle générale. Comme une illumination, plusieurs détails font que je pouvais considérer la jeune fille comme un cadeau de Gotham. " Ils provoquent de nombreuses dégradations en incitant les criminels à refaire surface, délaissant ceux qui en ont besoins dans la pire des situations." Partageait-elle la même vision que moi de ces justiciers ?

Un petit espoir commençait à naître envers la nouvelle génération si je puis dire. Me pensant sur de moi pour le coup, je repris aussitôt la parole en adressant un sourire au coin se voulant le plus rassurant possible. " C'est surement difficile à croire, mais nous ne sommes pas si différents que ça." Sur la vision des choses oui, sur notre vie privée il y avait quelques différences, mais pas autant qu'on pourrait le croire vu notre statut respectif. Le serveur s'empressa de revenir pour nous servir le repas, du moins pour la jeune fille, pour ma part c'était une bouteille de champagne. Je remercia discrètement le serveur d'un léger signe de la tête avant de le laisser regagner son équipe. La remarque de mon interlocutrice du moment me fit prendre en compte qu'elle avait de l'ambition, une grande qualité pour pouvoir avancer dans l'avenir. " On m'a toujours dit que rien n'est impossible, peu importe la personne si l'envie et la détermination est là." L'espoir d'une telle vie reposait sur les épaules de cette dernière...si on ne prend pas en compte un coup de pouce venant de l'extérieur ? Imaginez ce que mon influence et mon image dégagerait en sachant que j'ai pris sous mon aile une gamine venant de la rue, de la sombre ville de Gotham, arrachée à l'enfer, elle ne pourrait qu’augmenter ma cote de popularité. D'un coté je pensai fortement à ça, mais aussi au fait qu'au vu des quelques points de ressemblances avec moi étant plus jeune, je ne pouvais pas fermer les yeux sur ça. J'avais l'impression de me voir en féminin, c'est assez troublant. " Je suis né dans le quartier malfamé de Métropolis, mon père était violent, il ne voulait que le pouvoir, quitte à faire du mal aux gens autour de lui, ma mère quant à elle était malade. Je n'ai pas eu à me plaindre d'un certain coté, mais je ne faisais pas l'unanimité à l'époque, j'étais mis à l'écart par la plupart. Mes parents sont morts dans un accident de voiture alors que j'avais ton age, j'ai fini en famille d'accueil, une famille d'accueil bien plus pire. Et voilà où j'en suis maintenant. J'avais un but dans la vie, j'ai tout fait pour réussir, apprenant de mes échecs." Il n'avais rien à caché, le monde connaissait mon histoire, mon passé, le présent par contre c'était une toute autre histoire sur certains points. En quoi ça pouvait gêner qu'elle connaisse ce que j'ai vécu ? Peut-être qu'elle s'en foutait et à vrai dire je ne me préoccupait pas vraiment de savoir si elle était attentive ou nous, tout ce que je voulais à cet instant était de lui donner une chance d'atteindre son but, de lui redonner une certaine confiance. " J'en conclu que tu es orpheline ? As-tu un but précis ? Ou cherches-tu à simplement vagabonder de ville en ville ?" Lui dis-je tout en ajoutant une petite touche d'humour avec modération étant donné que ce n'est pas un sujet facile.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé













MessageSujet: Re: Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Girl, today is your lucky day | ft. Alexander Luthor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» What 's the date today ?
» Signature de contrat - Alexander Frolov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Justice :: Administration :: Tout début a une fin :: Version 1 :: Les Rps-