AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour, fous de DoJ et d'autres contrées ! Nous sommes actuellement en reconstruction !
Une peau neuve dans un corps sain ! Si jamais vous voulez garder votre compte, ou partir, pensez
à envoyer un MP à un membre du staff,
de même si vous voulez réserver un personnage en particulier !


Partagez | 
 

 Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant




Thea Queen

avatar

Messages : 78
Âge : 19 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Gérante du Verdant
Dollars : 158



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Mer 21 Oct - 14:01














Sur le conseil d'Oliver, Thea va enfin découvrir ce qu'il y au sous-sol du Verdant. C'est sans compter sur la présence de Roy, venu là pour s'entrainer et qu'elle évite tant bien que mal depuis quelques temps. Ou alors, c'est lui qui l'évite, allez savoir. La découverte de la cachette d'Arrow et de son secret risque d'avoir des conséquences sur leur relation déjà bien malmenée.





Aller faire un tour dans les sous-sols du Verdant. Il en a de bonnes Ollie des fois. Ca fait déjà quelques jours qu'on a eu cette conversation qui a changé bien des choses entre nous et, si notre relation n'est pas redevenue celle qu'elle avait pu être, j'ai de toute façon des doutes quant au fait que ce sera possible un jour, j'ai déjà l'impression qu'elle s'est grandement améliorée. Je ne peux pas lui en vouloir de m'avoir caché des choses, surtout pour ce qu'il a fait pour la ville et pour moi et on arrive maintenant à se parler sans cette sensation qu'il y a toujours un truc qui cloche. Enfin, je l'ai toujours mais je me demande si c'est pas moi qui vire totalement parano à la longue, même s'il y a effectivement encore pas mal de problèmes à régler avant qu'on ne soit parfaitement à l'aise tous les deux.

Et savoir ce qu'il y a exactement au sous-sol de mon club me parait déjà une étape importante. J'ai hésité avant d'y aller, ne sachant pas vraiment comment je réagirais. Mais la curiosité a fini par l'emporter bien évidemment et j'ai choisi le jour de fermeture du club pour m'assurer d'être bien tranquille et de ne pas risquer d'éventer le secret de mon frère.

Je tape le code qu'il a donné pour entrer dans ce qui est officiellement une de mes réserves et je descends quelques marches avant de me figer devant le spectacle. Il y a des ordinateurs, des combinaisons, des flèches, des espèces de poteaux d'entrainement et j'en passe. Peu importe où se posent mes yeux, je tombe sur un truc totalement improbable. Je reste figée quelques secondes, incapable d'aller voir ce qu'il y a plus loin et je finis par prendre une profonde inspiration avant de me décider et de finir de descendre ce fichu escalier.

Je fronce alors les sourcils. Le lieu n'est pas aussi calme que je l'aurais cru et j'entends une respiration un peu forte, comme quelqu'un qui serait essoufflé. Je tique à ce moment-là que les lumières sont allumées, ça aurait du me mettre la puce à l'oreille soit dit en passant mais je suis tellement surprise par ce que je vois que les trucs les plus basiques m'échappent totalement.

Je m'avance prudemment et je me fige de plus belle en reconnaissant la silhouette qui se détache de la zone un peu plus sombre de… de quoi au juste ? De la salle d'entrainement ? Du QG d'Arrow ? Tiens faudra que je demande à Ollie comment il appelle ce coin et surtout, qui y a accès concrètement. Parce que là, j'avoue, je sais même pas comment réagir.
Je le fixe longuement avant de finir par lâcher, d'un ton vachement plus aigu que ma voix en temps normal alors que j'essaie, à chaque fois que je le croise, d'être aussi neutre que possible. Autant dire que là, c'est totalement raté.

"Roy… mais qu'est ce que tu fiches ici ?"

Je le fixe, bras croisés, ignorant royalement mon cœur qui a fait un raté comme à chaque fois que je le croise. Les choses sont pourtant claires entre nous, je suis visiblement une gêne pour lui et de toute façon, depuis que je suis revenue à Starling City, j'ai comme le sentiment qu'il est bien content de ne pas me croiser plus que le minimum syndical auquel il est obligé. Mais malgré ça, rien ne change quant à ce que je peux éprouver en le voyant. Encore que, là, c'est surtout une intense perplexité que je ressens alors qu'il est visiblement en train de s'entrainer à faire je ne sais quoi dans ce sous-sol blindés de trucs qui feraient pâlir James Bond de jalousie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 58
Âge : 19 ans
Pseudo : Arsenal
Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : ///
Dollars : 97












MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Mer 21 Oct - 20:11





Titre du RP
Personnage 1 & Personnage 2


Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus...
Suspendu à la barre de traction grâce à laquelle Oliver s'était bâti un corps solide et acquis une assez grande force, je m'évertuais à reproduire les schémas d'entraînement que je l'avais vu réaliser des dizaines de fois au moins afin d'accroître mes propres capacités physiques. J'avais à cœur de me mettre au niveau, même si espérer effleurer le niveau de mon mentor semblait pour l'instant relever de l'impossible, il fallait néanmoins que je garde à l'esprit qu'il ne serait pas toujours là pour nous prêter main forte. Oui, la vie que menait Oliver Queen était assez compliquée mais surtout très dangereuse, et même s'il s'était entraîné très durement pour sauver cette ville qu'il aimait tant, il n'en restait pas moins un simple humain qui s'exposait quotidiennement à des dangers mortels, ce qui voulait dire qu'il était susceptible de disparaitre à tout moment. La team-Arrow devait donc se tenir prête au cas où elle aurait à continuer sans son membre principal.

C'est pour cette raison que je ne me laissais aller à aucun moment et qu'au lieu de me reposer tranquillement chez moi pendant les moments creux, je m'entraînais avec acharnement afin de progresser et ainsi élever mon niveau d'efficacité sur le terrain. Oliver m'avait fait confiance, il avait choisi de miser sur moi alors que rien ne l'y obligeait et pour cela, je ne le remercierais jamais assez. Il fallait donc que je me montre digne de la capuche qu'il m'avait confié et pour cela je ne reculerais devant aucun effort.

Mais alors que je m'apprêtais à prendre une petite pause bien méritée de quelques minutes, j'entendis une voix s'élever derrière moi. Mon premier réflexe fut de localiser mon haut rouge afin de ne pas me montrer torse nu devant n'importe qui, mais lorsque je me retournai, ce fut la stupeur totale. Certes, je savais que Oliver avait décidé de mettre sa sœur au courant concernant ses petites activités nocturnes, mais de là à lui donner le code du repaire ...


« C'est plutôt à moi de te poser la question ...» dis-je tout en croisant les bras sous ma poitrine. La voir aujourd'hui provoquait en moi une foule d'émotions contradictoires qui me chamboulaient vraiment beaucoup. « Alors, le soleil de Corto Maltese ne te manque pas trop?» ironisai-je.

Thea me manquait, et même si dans l'état actuel des choses je n'étais pas du tout prêt à le lui avouer, la voir se tenir devant moi me faisait du mal. Après tout, elle restait la première fille pour laquelle j'avais ressenti de réels sentiments, mais ne pouvant pas renoncer à la mission dans laquelle je m'étais embarqué corps et âme, j'avais choisi de l'éloigner de moi pour garantir sa sécurité. Choix que, encore aujourd'hui, j'estimais comme étant le bon mais que je regrettais malgré tout.


By PuffDaddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Thea Queen

avatar

Messages : 78
Âge : 19 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Gérante du Verdant
Dollars : 158



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Jeu 29 Oct - 18:21





Surtout, ne pas me focaliser sur le fait que je l'ai vu torse nu. Déjà que j'ai du mal à garder les idées au clair quand je suis près de lui, là, ça va pas aider du tout. Je suis à la fois soulagée et déçue quand je vois qu'il avise son sweat rouge. Cet éternel sweat. Des fois, j'en venais même à me demander s'il avait un stock inépuisable et je me retenais toujours de lui proposer de s'habiller autrement. Mais bon, tout ça, c'était dans une autre vie. J'ai parfois l'impression que c'était il y a des siècles en fait.

Je soupire profondément alors qu'il me renvoie ma question dans la figure et, quand il parle de Corto Maltese, autant le dire tout de suite, ça me fait bien plus mal que jamais je n'oserais l'avouer. Je baisse les yeux, mâchoires contractées avant de lâcher, d'un ton sec.

"A croire que tu aurais préféré que je reste là bas, je me trompe ?"

Je ne sais pas si j'ai envie d'entendre sa réponse, quelle qu'elle puisse être. Je laisse alors filer un instant de silence, incapable de dire quoi que ce soit avant de reprendre, du même ton emprunté et si peu naturel dont je n'arrive pas à me débarrasser.

"J'ai posé la question la première. Après tout, tu es dans mon club. Enfin, sous mon club techniquement. A toi de me dire ce que tu fiches ici. Et je te dirais ce que je fais là. Pas la peine de me dire que tu étais juste en train de t'entrainer, ça, j'avais bien compris et il faudrait être aveugle pour ne pas le voir."

Je suppose qu'Oliver a du l'avertir que j'étais maintenant au courant. Quand il m'a annoncé qu'il était Arrow, je me rappelle que Roy était dans la liste des gens qui savaient. Et, bien entendu, il ne m'a jamais rien dit. Rien qu'à cette pensée, je lui jette un regard accusateur qui, sans que je ne prononce le moindre mot, doit avoir l'air un peu bizarre. Mais Roy me connait, enfin je crois, il doit comprendre ce qui peut me tracasser en plus du reste. Ou pas en fait. Vu qu'il l'air tellement mécontent de ma présence, là tout de suite, je me dis qu'il serait soulagé que je m'en aille sans me retourner.

Je fais quelques pas dans la pièce, plus pour me donner une contenance qu'autre chose, les bras toujours croisés et fixant tout sauf Roy. Il y a un sacré matériel et, même je ne suis pas plus calée en technologie que le commun du mortel qui use de tous les gadgets auxquels on peut avoir accès, impossible de ne pas s'imaginer tout ce qu'on peut faire dans le coin. J'ai un léger sourire à la pensée de Felicity qui doit forcément être aux commandes ces ordinateurs high-tech et là, d'un coup, je me dis qu'il serait bon d'aller lui parler aussi maintenant que le secret est levé. Enfin, ce secret là en tout cas.

Je pousse un peu plus loin, curieuse de voir le matériel d'entrainement, me demandant si  je pourrais venir m'exercer un jour. Même si ça impliquerait de dire à Oliver ce dont je suis capable et ça, je suis pas vraiment prête à le faire. Pourtant, il a été honnête avec moi, il serait temps que je le sois aussi. Je crois. Je soupire, essayant de ne pas me perdre en conjonctures inutiles et je finis par me retourner, me retrouvant presque nez à nez avec Roy qui était finalement juste derrière moi.

Je le fixe longuement dans les yeux, incapable de dire quoi que ce soit. Je finis quand même par lâcher, bien malgré moi alors que je détourne à nouveau le regard, fixant

"Tu le sais depuis longtemps ?... bien sûr que oui, je suis idiote…"

Bon sang, pourquoi j'arrive pas à garder cette voix neutre là tout de suite ? Pour un peu, j'aurais la voix qui tremble et ça, ça risque de vraiment m'énerver.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 58
Âge : 19 ans
Pseudo : Arsenal
Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : ///
Dollars : 97












MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Dim 1 Nov - 12:47





Titre du RP
Personnage 1 & Personnage 2


Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus...

Fidèle à elle même depuis que nous n'étions plus ensemble, Thea s'adressait à moi sur un ton plutôt froid. Je ne pouvais cependant pas lui en vouloir, j'irais même jusqu'à dire que j'étais à même de comprendre ce qu'elle devait ressentir. Oui, après tout, c'est à elle que l'on avait menti de manière éhontée durant tout ce temps, et c'est moi qui avais mis fin à notre relation de la pire des façons. Mais en la voyant aujourd'hui, bien que j'aurais souhaité que l'on soit toujours ensemble, je me conseillais en me disant qu'elle était en parfaite santé et qu'elle ne risquait pas d'être exposée au danger à cause de mes petites activités nocturnes aux côtés d'Oliver.

Est-ce que j'aurais préféré qu'elle reste là-bas ? Je ne pris même pas la peine de relever sa question, même si en y réfléchissant bien, je n'étais pas sûr de la réponse. Oui, j'étais content de la revoir, mais maintenant qu'elle était de retour à Starling j'allais être obligé de la croiser assez souvent et lutter contre l'irrépressible envie de lui sauter dessus. Et puis, cette ville n'était pas un endroit où l'on pouvait se sentir en sécurité, malgré tous les efforts du justicier à la capuche la situation ne s'améliorait toujours pas.

Thea ne lâchait pas l'affaire, elle voulait absolument que je réponde à la question qu'elle m'avait posée, même si cela paraissait évident. Elle était plutôt intelligente, je me serais donc attendu à ce qu'elle devine directement quelle était ma double identité. Ce qui était sûrement le cas, mais peut-être attendait-elle juste de l'entendre de ma bouche... De toute façon, je n'avais plus aucune raison de lui mentir à présent.

« J'essaie d'aider ton frère à rendre cette ville plus habitable...»

Une tâche qui s'avérait bien plus compliquée que prévu bien que les membres de la team Arrow se donnaient tous corps et âme pour faire baisser le taux de criminalité à Starling City.

« Depuis un certain temps, oui...»

Je fus presque contraint de me mordre la langue pour ne pas continuer, pour ne pas lui dire que c'était précisément la raison pour laquelle j'avais volontairement tout fait capoter entre elle et moi, mais il y avait cette petite voix dans ma tête qui me disait que cela ne servait à rien, qu'il était trop tard et qu'elle était sans doute passée à autre chose. Défaitisme ? Sans doute. Pour le coup, je ne me risquais pas à me battre pour une cause qui m'apparaissait comme étant perdue d'avance.

« Alors, l'endroit te plait?»

J'essayais tant bien que mal de changer un peu de sujet, ou en tout cas d'alléger un cette ambiance et apaiser un peu les tensions...


By PuffDaddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Thea Queen

avatar

Messages : 78
Âge : 19 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Gérante du Verdant
Dollars : 158



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Mer 4 Nov - 19:36





Bon sang, pourquoi j'ai l'impression d'être une gamine de 14 ans incapable de se contrôler quand je suis à coté de lui ? Et en plus, je me rends compte que ça fait vraiment longtemps qu'on s'est pas retrouvés rien que tous les deux. C'est généralement le genre de trucs que j'essaie d'éviter autant que possible parce que je ne sais toujours pas si je lui en collerais une ou pire encore, de risquer de prendre un revers en me jetant sur lui.

Alors je reste aussi froide que possible, même si je dois être d'une crédibilité proche du néant. Enfin, il a l'air de me croire et ça, je ne sais pas si j'en suis contente ou pas en fait. Parfois je me demande si on se connait vraiment tous les deux et, maintenant que je le vois dans cette salle secrète, j'ai l'impression que non et que je me suis fourvoyée tout ce temps. Pourtant, impossible d'ignorer ce que je ressens bien malgré moi et que j'aimerais voir disparaitre pour de bon, surtout à voir la tête qu'il fait.

Et en plus, quand je vois qu'il ne prend pas la peine de répondre à ma question, je souffle, d'un ton que j'essaie de rendre neutre mais qui, à mes oreilles, sonne particulièrement pathétique.

"C'est quoi le truc déjà ? Ah ouais, qui ne dit mot consent, ou je sais plus quoi du même genre. Je te ferais signe quand je me déciderais à repartir, tu pourras fêter ça."

Au moins, si j'avais le moindre doute quant au fait qu'il était content ou non de me savoir revenue, maintenant, je suis fixée. Et j'aime pas ça du tout. Alors, plutôt que de me focaliser là-dessus, je l'interroge, je suis un peu agressive bien évidemment et, avec ce que je ressens, je suis même étonnée de ne pas l'être encore plus. Je savais bien qu'il était aux cotés d'Oliver, c'était une évidence même. Quant à savoir depuis quand, encore une question dont la réponse réelle ne pouvait que me blesser une fois de plus.

Je lâche alors, lui jetant un regard en coin alors que ma posture est toujours aussi fermée et ma mine probablement toujours aussi revêche. La grande classe quoi.

"Et c'est quoi ton petit surnom à toi ? Toi aussi t'as un super costume de super-héros défenseur de la veuve et de l'orphelin ?"

Je n'arrive pas à cacher l'amertume dans ma voix. J'aurais tellement aimé qu'il me le dise vraiment. Je savais bien qu'il avait cherché Arrow au tout début, quand nous étions encore ensemble, je l'avais même aidé pour ça d'ailleurs. Cette pensée m'arrache un sourire sans que j'arrive à me retenir mais je me renfrogne de plus belle alors qu'il ne me répond une fois de plus pas vraiment franchement. Tous ces non-dits entre nous me donne envie de hurler, de le secouer dans tous les sens pour avoir des réponses, des vraies et, l'espace d'un instant, je décroise les bras et je le fixe dans les yeux sans rien dire, bien tentée par cette idée.

Mais non, ça ne servirait à rien de toute façon. Je me contente alors de prendre la balle au bond quand il parle des lieux et j'ai même un haussement de sourcils appréciateur alors que mon regard se perd dans la contemplation de tout c qu'il y a à voir dans le coin.

"C'est original… je m'attendais pas vraiment à ça quand Ollie m'a dit de venir jeter un œil ici. Y a vraiment de quoi faire. C'était comme ça dès le départ ou vous avez rajoutez un tas de trucs ? Et vous avez jamais eu peur qu'on trouve votre planque ?"

J'aimerais me raccrocher à un sujet de conversation plus léger, qui arrive à faire oublier ce mur qui se dresse entre nous deux mais je n'y arrive pas. Alors je me tais à nouveau et je m'éloigne de lui, sans m'arrêter sur rien de précis. Je garde le dos tourné et je pousse un profond soupir avant de lâcher, dans un murmure.

"Pourquoi tu ne m'as rien dit ?"

Et voilà, encore cette voix de gamine paumée. Ressaisis-toi Thea, tu as dépassé le stade du pathétique là.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 58
Âge : 19 ans
Pseudo : Arsenal
Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : ///
Dollars : 97












MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Sam 7 Nov - 22:40





Titre du RP
Personnage 1 & Personnage 2


Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus...

Elle ne cédait pas d'un pouce, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle le fasse de toute manière. Je me demandais si elle était vraiment passée à autre chose, si elle avait réussi à zapper notre histoire aussi rapidement et si aujourd'hui elle ne me considérait plus que comme une simple gêne qu'elle souhaitait éviter au maximum. Je déplorais réellement la situation. Notre relation était, jusqu'à il y a quelque temps, l'une des meilleures choses qui me soit arrivée et j'étais tout à fait conscient de l'impact positif qu'elle avait eu dans mon existence, mais aujourd'hui le malaise était bien trop grand entre nous.

« Ah, parce que tu comptes me faire l'honneur de me prévenir, cette fois ?» rétorquai-je, sur le même ton qu'elle.

Elle m'avait blessé, cela se ressentait dans la façon dont je lui avais répondu. Juste retour des choses me direz-vous, j'avais délibérément provoqué notre rupture en faisant en sorte qu'elle me surprenne dans les bras d'une blonde pulpeuse qui venait assez souvent au club, une manière fort peu délicate d'atteindre mon but.

Me rendant soudainement compte que j'étais toujours torse nu, je fis quelques pas en direction de mon pull fétiche afin de l'enfiler. Cela me faisait encore tout drôle de devoir me montrer aussi pudique devant Thea, même si cela faisait maintenant un certain temps que nous n'étions plus ensemble, je conservais quelques réflexes et certaines habitudes de cette époque. Ce qui ne convenait bien évidemment pas avec les circonstances actuelles ...

« Je n'étais pas avec eux au tout début, mais depuis que je suis ici il y a eu quelques ajouts, oui...»

Surtout concernant les appareils électroniques de Félicity. Cette dernière faisait un boulot tout à fait remarquable et même si elle n'était pas vraiment avec nous sur le terrain elle restait très utile au groupe jusqu'à en devenir un élément indéboulonnable de la team-Arrow.

Puis vint enfin la question qui devait lui brûler les lèvres depuis qu'elle avait appris la vérité au sujet de son frère et donc par extension la vérité sur moi également ... Pourquoi ne lui avais-je rien dit ? Je baissai les yeux, sachant pertinemment que quoi que je trouverais à dire pour éviter d'en revenir constamment à toutes les choses qui nous opposaient elle et moi, nous reviendrions toujours sur le sujet. Il y avait un abcès à crever et Thea donnait l'impression de vouloir que l'on règle nos comptes aujourd'hui. Bien, qu'il en soit ainsi ...

« Tu dois comprendre que je ne pouvais pas...»

C'était difficile, je savais que je m'engageais sur une pente glissante et que j'allais devoir exposer mes sentiments, cela me paraissait inévitable et c'était pourtant une chose que je détestais faire. Mais tant pis, il s'agissait de Thea après tout, je lui devais bien ça.

« ... C'était pour ta sécurité.»

Je n'étais pas sûr qu'elle saisisse où je voulais en venir. Cette foutue fierté que je ne parvenais pas à ravaler complètement m'empêchait de lui dire simplement que si je ne pouvais pas être avec elle, c'était justement à cause de ça, et que même si elle était au courant maintenant, cela ne changeait absolument rien malheureusement.


By PuffDaddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Thea Queen

avatar

Messages : 78
Âge : 19 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Gérante du Verdant
Dollars : 158



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Mer 11 Nov - 21:34





S'il y a bien un truc que je ne peux pas ôter à Roy c'est cette capacité qu'il a à être la personne à réussir à me faire sortir de mes gonds super facilement. Et à me calmer tout aussi rapidement. J'avais cru être tombée sur celui qui arrivait enfin à voir qui j'étais vraiment derrière l'héritière Queen mais, visiblement, ce qu'il a vu n'était pas suffisant pour qu'il ait envie de rester à mes cotés. Cette conclusion est totalement stupide mais je n'arrive à me l'ôter de la tête, sans bien arriver à comprendre pourquoi. Surtout qu'il n'y a rien qui m'aide à penser le contraire.

Il me renvoie ma répartie de façon tout aussi cinglante et je me crispe de plus belle, soufflant, d'un ton tout aussi sec.

"Je ne pensais pas que ça puisse vraiment t'intéresser en fait. C'est pas comme si tu accordais la moins importance à ma présence non ? Mais vu que ça l'air de te faire plaisir, je ne manquerais pas de t'envoyer un petit mot doux. T'en fais pas."

Et de nouveau cette agressivité, cette froideur qui ne nous ressemble tellement pas. Enfin, qui ne nous ressemblait pas plutôt. Mais les choses ont tellement changé que je ne sais plus sur quel pied danser avec lui. Je ne comprends toujours pas pourquoi tout a dérapé de cette façon et ce que j'ai pu faire de travers pour qu'il me quitte mais je n'arrive pas à lui demander, comme je me refuse à faire le lien avec le secret que je connais désormais. Je préfère ressasser dans mon coin et m'imaginer le pire, ce sera toujours mieux que la réalité.

Je le regarde enfiler son pull. Bon, autant être honnête, je le mate, autant appeler un chat un chat. J'ai quand même la décence de piquer du nez et je sens le rouge qui me monte aux joues. Ca m'agace, bien évidemment et je regarde partout sans dans sa direction alors que je balance une nouvelle petite pique, d'un ton qui ne m'est pas habituel. Si j'ai eu du mal quand Ollie m'a dit la vérité, j'ai vite compris pourquoi il avait agi de la sorte et, surtout, je lui devais tellement qu'il m'était impossible de ne pas lui pardonner.

Mais avec Roy, je ne sais pas pourquoi, je n'arrive pas à accepter aussi facilement la vérité. Je me sens trahie et j'ai besoin qu'il le sache, comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Il ne relève pas ce que je lui dis et je soupire alors qu'il ne parle que du sous-sol, comme si rien d'autre n'avait d'importance.  

"Je suppose que ça va continuer d'évoluer, surtout maintenant que vous avez plus à vous cacher de la cruche qui gère le club juste au-dessus."

J'ai essayé de prendre un ton léger sans aucun succès, surtout que la question qui me brûle les lèvres finit par m'échapper. Je fronce les sourcils à sa réponse et je le fixe dans les yeux longuement sans rien dire, sans savoir quoi répondre. Encore un autre qui se soucie de ma sécurité. J'aurais presque envie d'en rire, de leur montrer de quoi je suis capable, si ça ne risquait pas de poser plus de problèmes qu'autre chose.

"Je ne comprends pas non. Je pensais que tu avais confiance en moi, qu'on pouvait tout se dire. Et tout a changé du jour au lendemain… pour ma sécurité ?"

Je secoue la tête avant de laisser échapper un rire sans joie.

"Protégeons la pauvre petite Thea pour qu'il ne lui arrive rien et qu'elle reste la seule idiote à ne pas savoir ce qui se passe, c'était ça le truc ? Vraiment ? C'est sûr que c'est tellement mieux que tout le monde me mente et fasse les choses derrière mon dos. Et que ma vie allait tellement bien qu'il valait effectivement mieux éviter de la perturber."

Sentant les larmes qui débordent carrément cette fois, je lui tourne le dos, histoire de reprendre une contenance, croisant à nouveau les bras et prenant une profonde inspiration. Là, tout de suite, je n'ai qu'une envie, c'est de m'enfuir de là tellement je me sens stupide et ridicule.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 58
Âge : 19 ans
Pseudo : Arsenal
Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : ///
Dollars : 97












MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Jeu 12 Nov - 20:26





Titre du RP
Personnage 1 & Personnage 2


Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus...
Une nouvelle pique de la part de Thea, j'avais la désagréable sensation que cela ne s'arrêterait jamais. Je comprenais sa rancœur, j'arrivais à concevoir le fait qu'elle ressente l'envie de se révolter contre les personnes qui lui donnaient l'impression de décider à sa place, mais le fait qu'elle ne puisse pas essayer de se mettre à ma place me frustrait vraiment. Certes, je n'avais peut-être pas agi de la manière la plus délicate possible - j'étais même le premier à le reconnaitre - mais j'avais fait ça pour elle et le simple fait qu'elle puisse s'imaginer que je n'avais pas souffert dans cette histoire me mettait les nerfs.

Sa petite tirade sur la confiance que l'on était censé s'accorder à cette époque n'arrangea pas les choses, mais je m'y attendais aussi. Thea était bornée à un point tel que je commençais sérieusement à penser que lui faire comprendre ce que j'essayais de lui dire relevait de l'impossible. Pourtant, j'avais envie de me battre, tout d'abord pour lui prouver que notre relation n'était pas - pour moi en tout cas - qu'une simple amourette d'adolescent et que je tenais encore énormément à elle, et ensuite parce que finalement j'avais besoin de me soulager également de ce poids qui pesait sur mes épaules lorsque j'étais en sa présence.

« ... C'était ce qu'il y avait de plus important pour moi. »

Je savais déjà ce qu'elle me répondrait; que je n'étais pas celui qui devait décider de cela, et en un sens elle n'avait pas tout à fait tort, mais le fait est que je n'aurais jamais pu me pardonner s'il lui était arrivé quelque chose par ma faute. Je l'aimais et je voulais l'éloigner autant que possible du danger, c'était aussi simple que ça.

Elle me tourna ensuite le dos et je la sentis défaillir, bien qu'elle fasse tout son possible pour éviter de pleurer devant moi je voyais qu'elle était bouleversée et cela me fendit le cœur. J'aurais aimé foncer vers elle, la prendre dans mes bras et lui dire que tout irait bien maintenant, mais je restai immobile, comme si mes pieds étaient soudainement profondément ancrés dans le sol et que cela m'empêchait de bouger.

« Thea je...»

J'étais un idiot, voilà ce que j'aurais dû lui dire, un idiot qui était encore assurément amoureux d'elle mais qui n'avait pas été préparé à devoir gérer une relation comme celle-ci. Les sentiments me submergeaient totalement et je sentais bien que mon cerveau était incapable de traiter ce trop plein d'informations, c'était trop d'un seul coup. Partagé entre colère, tristesse, culpabilité et joie de voir qu'elle n'avait pas l'air d'avoir tirer un trait sur nous, je ne savais plus de quelle manière agir à présent.

Que faire ?

« Je suis désolé de t'avoir fait du mal, mais je ne pouvais pas faire autrement...»



By PuffDaddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Thea Queen

avatar

Messages : 78
Âge : 19 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Gérante du Verdant
Dollars : 158



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Ven 13 Nov - 13:41





J'aimerais bien dire que j'essaie de me calmer, d'être zen, de l'écouter et de ne pas chercher à le blesser autant que je me sentie blessée mais ce serait mentir. J'ai juste l'impression d'être en train de frapper et mes coups sont particulièrement bas. Pourtant, il continue de me répondre et, s'il n'arrive pas à s'empêcher de me renvoyer certaines de mes piques, il reste quand même bien plus calme que moi. Là encore, j'ai cette petite voix insidieuse qui se glisse dans ma tête et me souffle que s'il arrive à se maitriser plus facilement c'est qu'il se sent moins concerné.
Je ferme les yeux quelques instants pour essayer de l'ignorer tant bien que mal et je continue de faire ma tête de mule. Ah, pour ça, je suis une spécialiste. Je pourrais lui dire ce que je ressens vraiment, ce que j'aurais aimé, la façon dont je voyais les choses. Mais non, ce serait trop simple. Au lieu de ça, je continue de l'agresser, de réutiliser chacune de ses paroles contre lui. Y a pas à dire, niveau relationnel, pour le coup, je me pose là. Et pourtant, j'aimerais tellement que les choses se passent autrement.

A sa réplique, je me mords la lèvre, essayant de retenir ma réponse. Je n'ai pas envie de lui balancer à lui aussi que je n'ai pas besoin d'être protégée. Je peux pas lui en vouloir pour ça, ce serait totalement stupide et encore plus immature que je ne le suis déjà. C'est la façon dont les choses se sont passées que je n'arrive pas à digérer. Je souffle alors, d'un ton à peine audible.

"J'aurais aimé que ce soit  nous deux qui soit plus important que tout le reste. "

Mon dieu, un peu plus et je vais finir par me transformer en guimauve pleureuse. Voilà pourquoi j'essaie la plupart du temps de rester loin de lui, encore plus maintenant que j'ai appris pour Ollie et le reste de la petite bande. Je finis par craquer, faut dire qu'au niveau des nerfs, ces derniers temps, je commence à avoir ma dose. Et Roy n'étant pas la personne qui me laisse le plus insensible, difficile de rester de marbre avec cette explosion de sentiments contradictoires qui se déclenche là tout de suite. Alors, à défaut de m'enfuir une fois de plus, je me contente de lui tourner le dos.

Quand il prononce mon nom, je me retiens à grand-peine de me retourner. Il faut que je tienne bon, que je me persuade qu'il ne voit pas que je suis en train de pleurer comme une gamine et que je suis juste un peu plus fâchée. Oui, je ne trompe personne mais je me raccroche au peu d'amour-propre qui me reste. Je laisse échapper un soupir à ses propos sans rien répondre. Je repense à tout ce qui s'est passé entre nous ces derniers temps, à tout ce que son rôle auprès d'Oliver peut impliquer de bien comme de mal alors que j'essaie de me calmer et de me recomposer un air à peu près digne.

"Tu aurais pu… on aurait tous pu faire autrement…"

Je laisse filer quelques secondes et je finis par me retourner en prenant une profonde inspiration. J'ai réussi enfin à contenir mes larmes mais je sens que j'ai les yeux bien rouges et bouffis. Très classe quoi. J'essaie de me bricoler un sourire sans succès avant de lâcher, essayant de rester neutre, avec tout autant de réussite.

"Et maintenant ? On se dit salut et on se recroisera quand tu viendras faire un tour ici ? Enfin, on continue plutôt gentiment de s'éviter pour ma pseudo sécurité ? Parce que bon de ce coté-là, c'est pas terrible hein."

Et encore, je préfère passer sous silence ce qui a pu m'arriver et qu'il doit visiblement ignorer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 58
Âge : 19 ans
Pseudo : Arsenal
Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : ///
Dollars : 97












MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Ven 13 Nov - 21:53





Titre du RP
Personnage 1 & Personnage 2


Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus...
Vouloir protéger une personne qui ne désirait pas l'être était une entreprise périlleuse, je m'en rendais bien compte maintenant. Pourtant, peu importe les arguments qu'elle pourrait me mettre en avant au cours de cette conversation, je ne changerais certainement pas d'avis sur le fait qu'elle se porterait bien mieux en étant aussi loin de moi que possible. Thea me tournait toujours le dos, refusant obstinément de me montrer son visage et parlant à voix basse. Elle me dit qu'elle aurait aimé que ce soit nous deux qui soit le plus important à mes yeux, mais ce n'était pas aussi simple que cela. En devenant Arsenal, je savais que je pourrais accomplir de grandes choses, des choses qui seraient sans doute bénéfiques pour un bon nombre de personnes, mais en contrepartie il fallait que je sacrifie une partie de ma propre vie.

Pendant un temps, j'avais cru que notre couple était ce qui m'était arrivé de meilleur dans la vie, à l'instar de son frère Thea avait réellement eu un impact positif sur mon existence, elle avait réussi à modifier ma façon de voir les choses et à faire de moi quelqu'un de meilleur. Mais grâce à la team-Arrow, j'avais découvert que je pouvais vraiment être utile à mon prochain et il n'y avait pas de sentiment plus gratifiant que celui que je ressentais en enfilant la capuche.

« Non Thea, il n'y avait aucune version de l'histoire dans laquelle on restait ensemble sans prendre le risque que tu sois blessée . »

Elle pensait peut-être que j'avais agi sans réfléchir, mais elle se trompait. Si j'avais pu être sûr et certain que notre relation n'ait pas d'effet néfaste sur la vie de l'autre, croyez-moi nous serions toujours ensemble. Mais c'était tout bonnement impossible. Aussi loin que je m'en souvienne, j'avais tenté de me tenir loin de ce genre d'histoire, aujourd'hui je me souvenais pourquoi. Ce genre de chose finissait toujours mal, à croire que c'était inévitable. Il n'y avait qu'à prendre exemple sur la vie sentimentale tout à fait chaotique de mon mentor, j'avais l'impression que les histoires d'amour s'achevaient toujours de la même façon et à part Diggle et Leila qui représentaient en quelque sorte l'exception qui confirmait la règle, tout le monde se retrouvait seul à un moment donné.

« Tu vois une autre solution ?»

Non, ce n'était pas ce que je voulais, mais n'était-ce finalement pas ce qui nous conviendrait le mieux ? Nous éviter autant que possible afin de trouver le moyen de tourner la page, si c'était possible. De toute façon, nous n'avions pas le choix, nous étions clairement dans une impasse et personne ne voulait faire le premier pas vers l'autre pour entamer peut-être un début de réconciliation ...



By PuffDaddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Thea Queen

avatar

Messages : 78
Âge : 19 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Gérante du Verdant
Dollars : 158



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Sam 14 Nov - 20:04





Si j'étais moins têtue, si j'arrivais à mieux me contrôler, je lui dirais quelle importance il a eu pour moi. Et que c'est toujours le cas, même si je lui en veux à mort. C'est d'ailleurs le fait que je lui en veuille autant qui me fait vraiment comprendre que je n'ai toujours pas réussi à tirer un trait sur lui. J'ai réussi à digérer l'information quand Oliver me l'a balancée assez facilement et normalement, là, ça aurait du être pareil non ?

Je me rends compte aussi de l'importance que tout ça a pour lui. Je m'en doutais déjà, sans avoir à le croiser plus de deux minutes mais là, c'est juste flagrant. Et tout ça est visiblement bien plus important que moi. Autant le dire tout de suite, ce constat fait mal, surtout que je ne suis pas de taille à lutter pour me faire une place, quand même j'en aurais envie. Enfin si, j'en ai envie mais je n'ai pas envie de le dire à haute voix, de lui avouer. Je n'ai pas envie de faire ce premier pas parce que je sais qu'il ne fera pas le deuxième, c'est évident.

Je ferme à nouveau les yeux quelques instants, me raccrochant à ce calme de façade et me mordillant la lèvre avant de souffler, d'une voix que j'essaie de rendre neutre mais qui semble abominablement triste. J'espère que c'est juste une impression, j'aimerais garder un semblant d'amour-propre tant que je le peux encore.

"Si, il y avait d'autres versions de l'histoire. Mais tu as préféré te concentrer sur celle où je ne risquais pas d'être un poids pour toi. J'aimerais t'en vouloir pour ça. Enfin, encore plus que ce que je t'en veux déjà. Mais le pire c'est que je comprends. Comme j'ai compris pour Oliver. Vous êtes tellement semblables en fait tous les deux. Ça ne rend pas le tout plus simple à accepter pour autant."

Au contraire. J'aurais de loin préféré qu'il m'éloigne parce qu'il ne ressentait plus rien pour moi, qu'il n'ait ni le temps ni l'envie de se consacrer à moi. Mais là c'est autre chose et j'ai vraiment du mal. Je laisse filer un long moment de silence alors que je retrouve mon calme. J'ai réussi à éviter la crise de nerfs mais elle n'est toujours pas bien loin et il en faudrait peu, très peu même, pour me faire littéralement éclater en sanglots, ce que je me suis refusée de faire depuis la fin de mon histoire avec Roy.

Je finis par lâcher cette question, encore plus stupide que les autres et sa réponse me fait encore un peu plus mal. C'est une évidence pour lui on dirait. La partie est déjà perdue depuis longtemps. Et pourtant, je lâche à mi-voix.

"Oui j'en vois d'autres… mais pas toi on dirait."

J'ai un sourire triste alors que je laisse filer quelques instants de silence. Ce que je vais dire est peut-être idiot, certainement même, mais je me rends compte que je ne peux pas quitter cette pièce sans être sûre pour de bon, en regrettant de ne pas avoir fait ce foutu pas même si c'est dans le vide. Et là, je suis sûre de bien des choses mais pas de ce que ça pourrait vraiment donner.

"Si j'étais capable de veiller moi-même sur ma sécurité, de me défendre… si je savais… faire des trucs qui me rendent moins vulnérable que ce que tu as l'air de croire… ce serait toujours pareil pour toi ?"

Si Malcolm apprend que je suis sur le point de révéler ce que j'ai fait lors de mon séjour à Corto Maltese et ce que je continue de faire aujourd'hui, je pense qu'il pourrait piquer une sacré crise. Mais j'ai besoin qu'il sache. Si nos routes doivent vraiment se séparer, que ce soit avec toutes les cartes en main, pour lui comme pour moi. Et puis, je me rends compte que j'ai besoin aussi de partager ce secret et, que si ça doit être avec quelqu'un et bien, autant être honnête, Roy reste toujours en tête de liste que je le veuille ou non.

"Ou tu préfères que je m'en aille ?"

Ce serait peut-être mieux en fait. Ca m'éviterait de me ridiculiser totalement et surtout, je pourrais moucher pour de bon cette petite flamme que je n'arrive pas à éteindre. Je pousse un profond soupir et je finis par enfin décroiser les bras pour me passer nerveusement une main dans les cheveux. Il va me demander de partir, c'est certain. Et je le ferais, sans me retourner. Que ça me plaise ou non.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membres

avatar

Messages : 58
Âge : 19 ans
Pseudo : Arsenal
Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : ///
Dollars : 97












MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Dim 15 Nov - 20:04





Titre du RP
Personnage 1 & Personnage 2


Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus...
Que pouvais-je lui dire de plus que ça ? Admettre certaines choses m'avait déjà demandé un effort surhumain, je ne me voyais vraiment pas la supplier de ne pas me laisser. Et pourtant, c'était ce que je voulais, du profond de mon cœur je désirais qu'elle reste à mes côtés et que l'on reprenne notre relation là où elle s'était arrêtée. Maintenant que le voile était levé sur le secret de ma double-vie, je ne voyais pas ce qui pouvait nous empêcher de vivre une histoire d'amour tout ce qu'il y avait de plus saine. Mais je ne me voyais pas revenir sur tout ce que je lui avais dit précédemment, il allait falloir que je me fasse violence pour rester fort et ne pas céder à la tentation de ce joli minois auquel j'avais beaucoup de mal à résister.

Je lui tournai le dos à mon tour, comme si le fait de ne plus l'avoir dans mon champ de vision faciliterait les choses, oui j'étais à court d'idée et je me voyais dans l'obligation de me raccrocher à ce genre de solution totalement débile. Je pus d'ailleurs constater toute l'inefficacité de ma manœuvre lorsqu'elle reprit de plus belle en me disant que de son côté, elle voyait d'autres solutions. J'aurais aimé lui demander lesquelles, mais encore une fois je demeurai silencieux, incapable de m'exposer sentimentalement parlant au-delà d'un certain point.

Puis elle me posa une question que je devinai pleine de sous-entendus. Mon cœur rata un battement et je me retournai vers elle, l'air surpris. Si elle savait faire des trucs qui la rendaient moins vulnérables que ce que je croyais ? Si elle était désormais capable d'assurer elle-même sa propre sécurité ? Cette perspective m'apparaissait comme une véritable solution à notre problème, mais il ne fallait pas s'emballer trop vite.

« Que veux-tu dire, Thea? » dis-je, en faisant quelques pas vers elle.

C'était la première fois depuis un bout de temps que nous n'avions plus été aussi proches l'un de l'autre et je me rendais maintenant compte à quel point cette proximité m'avait manqué, à quel point Thea m'avait manqué. Je ne savais pas de quoi elle parlait, et même si je sentais quelque chose de changé en elle, je n'osais pas espérer pouvoir être avec elle à nouveau. Littéralement pendu à ses lèvres, je sentais mon cœur cogner fort dans ma poitrine.

Qu'allait-elle m'annoncer ... ?




By PuffDaddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Thea Queen

avatar

Messages : 78
Âge : 19 ans

Statut Matrimonial : Célibataire
Métier : Gérante du Verdant
Dollars : 158



Feuille de personnage
Groupe/Organisation:
Pouvoirs/Equipement/Habiletés:










MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   Lun 16 Nov - 19:20





Plus ça va et moins j'ai l'impression de savoir sur quel pied danser avec Roy. Et, d'une certaine façon, je me dis que ça doit pas être mieux de son coté. Bizarrement, cette idée me redonne espoir, un espoir totalement idiot, pour ne pas dire pathétique, qu'au final, tout ce qu'il y a pu avoir entre nous n'a pas été un vaste gâchis.

Enfin ça, c'est jusqu'à ce qu'il me tourne le dos. Là, j'avoue, j'ai du mal à comprendre pourquoi et une part de moi me souffle insidieusement que c'est parce qu'il ne veut plus me voir. Oui, je sais, c'est pas hyper rationnel comme réaction mais depuis quand je suis rationnelle quand ça concerne Roy ? Je ravale une nouvelle fois les larmes qui reviennent stupidement et je soupire profondément avant de réussir à reprendre la parole.

Ma voix ne tremble presque pas quand je lui demande si les choses pourraient changer si je n'étais plus une petite chose fragile à protéger et j'avoue, je guette le moindre de ses mouvements, craignant qu'il n'ait pas envie de m'entendre, qu'il me dise que c'est bon, il en a eu assez pour aujourd'hui et que je ferais mieux de rentrer chez moi avant d'être encore plus pathétique. Mais en fait non, il a l'air de m'écouter et de savoir ce que je cache à tout le monde depuis mon retour.

Je me mordille nerveusement un ongle, me demandant l'espace d'une seconde si je ne suis pas en train de faire une véritable connerie. Mais c'est Roy. Si je ne peux pas lui en parler, à qui je pourrais le faire ? Prenant alors une profonde inspiration, je fais un autre pas dans sa direction. On est proches, vraiment. Un peu trop même. Je toussote alors et je recule finalement, un rien gênée.

"Je… tu m'as jamais demandé ce que j'ai fait à Corto Maltese. Personne ne l'a fait d'ailleurs. Enfin depuis mon retour, tu ne m'as jamais demandé quoi que ce soit à dire vrai. Je pensais pas que..."

Je secoue brièvement la tête, essayant de ne pas repartir dans les piques gratuites. Si j'avais vraiment voulu, je n'avais qu'à aller lui parler. Il m'aurait écoutée. Je crois. Enfin, j'aime à l'espérer. J'ai une moue contrite avant de reprendre, d'un ton plus hésitant.

"Désolée… c'est pas facile pour moi tout ça… Enfin… je pense que ce serait plus simple de te montrer. Si on peut se servir de ce genre de trucs et si c'est pas que pour la déco."

D'un geste du menton, je désigne les armes que j'ai pu voir un peu plus loin. Il y a des bâtons, des couteaux si je vois bien et même des arcs. Largement de quoi faire donc, même si j'ai pas fait attention au reste. Sans même vraiment lui laisser le temps de répondre, je m'éloigne en direction de ce qui a l'air d'être le coin d'entrainement, d'une démarche pas vraiment assurée, autant le dire tout de suite.

Je laisse filer quelques instants et je déchausse avant d'attraper deux bâtons. J'en tends un en direction de Roy et j'attends, guettant sa réaction. Bizarrement, à l'idée de m'entrainer, ou en tout cas de faire un truc d'approchant, me redonne l'aplomb que j'ai perdu depuis que je suis arrivée dans la pièce.

"Tu viens ?"

Sinon, je vais avoir l'air franchement stupide. Et là, je pense que le peu de confiance que je viens de récupérer s'envolera aussi sec et que je n'aurais qu'une envie, me rouler en boule dans un coin en attendant que ça passe.





Dernière édition par Thea Queen le Dim 22 Nov - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé













MessageSujet: Re: Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand chaque mensonge nous éloigne un peu plus... [Roy Harper]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]
» Quand l'ennui nous pousse à faire de drôles de choses... [ LIBRE ]
» Quand la vie nous fatigue, à quoi bon s'accrocher ? Certains diront que je suis une lâche mais non, c'est faux.
» "Le destin ne nous lâche pas"
» Quand la mort nous appelle doit-on la suivre ? [Pv : Chouchou]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Justice :: Administration :: Tout début a une fin :: Version 1 :: Les Rps-